- - - - - - -

 

- Appel à projets : CLIMAX 2015. A l’occasion de la Conférence Paris Climat 2015, la Maison de l’architecture en Ile-de-France organise un appel à projet innovant sur le thème « architecture et climat ». Le site de projet est la place Madeleine Braun dans le 10ème arrondissement de Paris. www.projetclimax2015.comm

TITRE : LES CONTAINERS n°92


IDÉOLOGIE/
Le container est le symbole de l’activité humaine industrielle et commerciale à l’origine de l’accélération du réchauffement climatique.
Il est aussi un contenant, un volume spatial appropriable et adaptable aux fonctions qu’on lui applique. Le container peut être recyclé : en retrouvant sa fonction primordiale de « contenant », il permet de réconcilier son usage mercantile insensible avec une habitabilité à visée citoyenne.
Le container rappelle aussi, par sa présence physique forte dans l’espace urbain (couleur, forme, typographie), la place essentielle que l’Industrie joue dans notre économie et qu’elle doit jouer dans le rééquilibrage climatique mondial.
Le container devient donc une enveloppe, ouverte ou fermée, abritant un lieu d’échanges et de réconciliation : entre les hommes et avec la Nature.


INSTALLATION/
Deux containers sont disposés sur la place Madeleine Braun. Ils attirent par leur aspect extérieur, par leur intériorité que l’on devine (portes ouvertes, perspective) et par leur position dominante dans l’espace public.
Dans l’un, un espace lounge couvert est aménagé en prolongement d’une terrasse à ciel ouvert. Des revues, des écrans télévisés diffusent les informations et connaissances actuelles sur le réchauffement climatique et les autres cibles de la COP 21. Des bancs, des sièges et des tables sont libres d’accès et permettent l’exercice de la démocratie participative. Les parois du container, intérieures comme extérieures, pourront servir à l’affichage de panneaux, de photographies, etc. Le lieu incite à l’arrêt, à la curiosité, à la réflexion et à l’échange.
Dans l’autre, la Nature a repris ses droits, sans attendre permission ou accord de l’Homme. Elle habite littéralement le volume, y prend racine puis en déborde car la Nature a une tendance expansive. Le choix de végétaux d’origines variées rappelle que, par nos échanges commerciaux et nos transports internationaux, nous avons rapporté des espèces géographiquement étrangères au biotope local, avec des conséquences plus ou moins heureuses sur l’écosystème impacté par cette intégration « sauvage ».
L’usager est invité, par la signalétique au sol qui traverse le container et habille l’ensemble de la place, à se laisser aller à sa curiosité et à pénétrer dans cet intérieur atypique. Il y prend conscience de la vitalité du règne végétal et de son potentiel colonisateur. Dans cette traversée, il est invité à se questionner sur sa place et sa légitimité à l’échelle du Vivant.


OBJECTIFS URBAINS/
Redonner une identité de place à la place Madeleine Braun, en réaménageant les parterres existants, en apportant une réponse à la problématique du stationnement des deux roues, en redimensionnant les plages de circulation existantes indéfinies pour créer des « micro-espaces d’intimité » autour de vides vecteurs d’informations graphiques (carte des émissions de CO² dans le monde, terrasse).
Faire prendre conscience de son environnement urbain à l’usager, par une signalétique au sol qui uniformise la place mais l’identifie aussi. Les lignes blanches avec des flèches d’orientation rappellent les principales directions et lieux de Paris.
Les containers et la signalétique dirigent les visiteurs et les usagers dans le maillage de la Ville et vers la Maison de l’Architecture qui organise expositions et conférences à l’occasion de la COP21. La place Madeleine Braun et l’installation temporaire en sont son prolongement.

 

Retour

 
Les travaux ci-joint constituent une création graphique et/ou photographique originale protégée par la loi n°92-597 du 01/07/92 relative au Code de la propriété intellectuelle. Elle demeure la propriété morale et physique de son auteur. Seuls sont vendus les droits de reproduction pour l'unique usage ou tirage imprimé définis sur la note d'honoraires ou de cession de droits. Elle ne peut être modifiée, reproduite, vendue ou réutilisée pour un autre usage (qui est soumis au paiement de droits de reproduction) sans l'accord écrit préalable de l'auteur.